Jour #8 de notre calendrier

#24daysBehindTheScene 2023

Pour ce jour 8ème jour de notre calendrier #24daysBehindTheScene, nous partageons avec vous un article issu de notre veille d’informations sur les les IA generatives. Cet article pose la question de la perception négative de l’IA dans le 7ème art.

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE VS HUMAINS
Les IA sont là… Vont-elles nous remplacer ?
Dessin de presse
Source : Le blog du dessinateur Fix

Chez Resource Lab, certains d’entre nous se plongent au quotidien dans l’océan des possibilités offertes par l’Intelligence artificielle.
Pour les autres, néophytes, la veille informationnelle permet d’appréhender le sujet sous d’autres formes que purement technologiques. Lors d’une veille nous avons découvert un article du HuffPost* qui s’interroge sur les raisons pour lesquelles la fiction imagine toujours le pire de l’IA dans les livres et au cinéma.

 

Pourquoi les auteurs et réalisateurs préfèrent explorer les dangers et les dérives de l’intelligence artificielle ?

Selon Pierre-Antoine Marti**, l’intelligence artificielle continue de nous fasciner et de nous inquiéter, ce qui en fait une source d’inspiration inépuisable pour les cinéastes. Présente dans des films comme “Terminator” et “Her”, elle est souvent dépeinte de manière négative, comme un danger ou un abus de pouvoir.

La fiction a toujours été intéressée par l’exploration des dangers et des abus de l’IA, pour en faire un récit édifiant.

La crainte populaire est que l’IA se rebelle contre l’homme, et des films comme “I, Robot” montrent à quoi cela pourrait ressembler.

Dans les films de fiction, les robots intelligents prennent généralement une forme proche de celle de l’homme ou une voix pour faciliter la communication.

Certains films présentent l’IA comme un alter ego ou un intérêt amoureux pour le protagoniste.

Ainsi, malgré cette fascination, les auteurs et les réalisateurs ont tendance à dépeindre l’IA comme une force dangereuse plutôt que positive.
L’historien Pierre-Antoine Marti estime que ces représentations fictives de l’utilisation abusive de l’IA existent à la fois pour nous divertir et nous alarmer.

Et l’expert de conclure que la technologie émergente de l’IA générative a le potentiel d’autonomiser les machines et de leur permettre de créer des histoires sans l’aide de l’homme, ce qui pourrait inverser les rôles entre l’homme et la machine.

* Pour lire l’article : Pourquoi la fiction imagine-t-elle toujours le pire de l’IA, dans les livres et au cinéma ? On a demandé à un expert

Le HuffPost –  

** Pierre-Antoine Marti, Doctorant à l’EHESS, spécialiste des représentations du futur dans la littérature d’anticipation.

error: Contenu protégé