e-réputation

e-réputation personnelle

 

Rares sont les dirigeants qui portent une attention particulière à leur e-réputation personnelle, qu’ils considèrent souvent comme déconnectée de celle de leur entreprise. Pourtant, contrairement aux idées reçues, l’e-réputation n’est pas qu’une histoire de marketing ou de jeune diplômé en recherche d’emploi : elle peut impacter directement la capacité de développement commercial d’une entreprise. A fortiori s’il s’agit d’une jeune société dont la réputation reste à bâtir, et dont l’image sera naturellement liée à celle de son dirigeant.

L’e-réputation pour convaincre vos partenaires

Qui n’a jamais « googlé » son interlocuteur avant un rendez-vous professionnel ? Il s’agit d’une pratique plus que courante. L’émergence des réseaux sociaux, notamment professionnels, et d’outils de recherches de personnes (tels que Yatedo) a en effet simplifié ce type de recherches qui peut faire lieu de première impression et conditionner le déroulement d’un rendez-vous. Comme dans le cas d’un recrutement, un profil Facebook un peu trop ouvert laisse envisager un manque de sérieux, des commentaires négatifs et sans réponses d’un ancien client ou employé sèment le doute sur votre intégrité… Au contraire, une présence qualifiée via des articles de presse et de blogs sur vous ou de votre plume soutiendra l’image d’une personne compétente et reconnue. Si ce type de vérification reste optionnel avant un rendez-vous, il est en revanche quasi systématique avant toute forme d’engagement financier ou commercial. Rien n’effraie plus un investisseur qu’une mauvaise presse, c’est pourquoi des audits de réputation sont généralement conduits en cas de levée de fonds.

Quelques astuces pour gérer votre e-réputation

  • Mettre en place une veille sur votre nom : grâce à des outils de veille et de monitoring, notamment Google Alerts, il est possible de surveiller l’apparition de mots clés sur le web. Vous pourrez ainsi vérifier ce qu’il se dit sur vous. Deux limites sont toutefois à souligner : une page peut mettre plusieurs jours voire semaines avant d’être indexée par Google. En cas de crise réputationnelle, ce seul outil n’est donc pas suffisant et selon vos objectifs vous devrez faire appel à des conseils spécialisés ou à un outil payant. D’autre part, ces recherches peuvent générer un nombre important de résultats, fastidieux à traiter. Il est donc conseillé d’utiliser des opérateurs booléens pour affiner la recherche, tout particulièrement si vous possédez des homonymes.
  • Mettre sous surveillance des pages ciblées : certains logiciels ou applications permettent de poser des alertes sur des pages concernant votre entreprise (pages Facebook, forums spécialisés, …). Ce type de dispositif complète la veille par mots clés.
  • Se montrer proactif : plus vous alimenterez votre e-réputation en information positive, plus il sera difficile pour une tierce personne de l’influencer. A contrario, si vous êtes absent du web, il sera facile pour le premier venu de dire, écrire ce qui lui plaira sur votre compte, et cette information deviendra vérité aux yeux de la plupart des internautes. N’hésitez pas à prendre les devants en publiant, en twittant, en diffusant… et parlez de vous avant que l’un de vos concurrents ne s’en charge.
  • Se préparer à la gestion de crise : en élaborant un processus de gestion de crise, le dirigeant se donne les moyens de réagir rapidement et rationnellement aux attaques informationnelles. Dans sa version la plus simplifiée, un tel processus doit répondre aux questions : quand réagir ? qui doit réagir (le dirigeant, le service communication) ? comment réagir (faire supprimer les messages en cause, y répondre) ?

La gestion de l’e-réputation peut s’avérer chronophage, il est donc important d’établir des objectifs en fonction des ressources disponibles. Mais pour éviter les mauvaises surprises et mettre toutes les chances de votre côté dans votre développement commercial, un audit e-réputationnel et la mise en place d’une veille (même si simplifiée) constituent le minimum vital. Quoi qu’il en soit, n’attendez pas d’être confronté à une situation critique pour vous soucier de votre réputation.

Rédigé par Lucie Loubet

Sources :

E-réputation : les PME n’ont pas de suite dans les idées – Widoobiz

Veille e-réputation : des pratiques spécifiques aux PME – Les Echos Business

 

Pour aller plus loin : 

Bien gérer sa e-reputation en 12 étapes

 

Recevez notre fil d'actualité

Inscrivez-vous à notre newsletter

Vous avez souscrit au fil d'actualité avec succès !